la sortie club du 22 Mars 2018

Sortie avec le club du 22 Mars 2018

carte au top du 22 mars 2018.JPG

Une super sortie Gersoise avec le club La ROUE LIBRE SAINT GERMOISE du dénivelé pour les grands sportifs et du dénivelé plus léger pour les dames et les personnes moins sportives.
Le cyclotourisme c’est de la promenade il faut alléger les difficultés et le regroupement ensuite des groupes avant le retour sur Saint Germé.

km  sortie velo club du 22 mars 2018.JPG

Le parcours Gersois :
Petite boucle sur Gée Rivière, direction D935 pour prendre le village de Arblade le bas et le haut (les premières côtes), Saint Griède, Sarragachies, Termes d’Armagnac (petite boucle de côtes pour les grimpeurs) descente par Tasque rassemblement des troupes au village.

le dénivelé pour les grimpeurs:

denivele sortie du 22 mars 2018
Ravito et pipi c’est reparti, vers Cahuzac sur Adour direction Cannet, les côtes et le vent de face dur dur ! Maumusson Laguian (les vignobles et les collines tres beau mais pas encore au vert !) très beau spectacle des grimpeurs.
Retour par Saint Mont, Saint Germé pour un goûté offert par notre Président Alain.
Miam de la mousse au chocolat maison j’adore.
Magnifique et à bientôt pour d’autres sorties.

Je m’excuse pour le retard beaucoup de choses a faire en ce moment.

IMG_20180302_160538

Thierry Mollé

José Alvarez une grande figure Gersoise du cyclisme

 

20171001_110944José Alvarez une grande figure du monde du cyclisme et de l’entreprise mais aussi d’Auch sa ville natale à laquelle il a toujours été fidèle et de la Gascogne, José Alvarez est décédé  en 2014 à l’âge de 88 ans cet homme que j’ai connu quand j’étais apprenti chez les Cycles Lignon à Tarbes.

Lorsque j’ai eu mon permis de conduire à 18 ans, j’allais chercher le matériel cycles tous les lundis matin pour le magasin et comme j ‘étais de Marciac plus prêt que mon patron. Mon patron m’avait confié cette tache que j’accomplissais avec plaisir et le mardi à l’ouverture du magasin il avait la marchandise, j’y découvrais toutes les nouveautés du moment je côtoyais José qui était un second père pour moi. Il m’avais même invité à venir dans l’équipe cycliste de l’UV Auch dont il était le principal sponsor, mais j avais déjà un engagement au vélo club Marciacais, le club de mon village.

20171001_111031.jpg

Un jour j’ai eu le plaisir d’être son invité dans un très grand restaurant d’Auch avec Bernard Hinault et son épouse et on à parlé vélo tout au long du repas c’était très intéressant un très bon souvenir d’être au milieu des grands du cyclisme international. 

José Alvarez, « l’enfant de la Treille », ce quartier d’Auch où il vit le jour le 26 avril 1926, il était un jeune coureur de bon niveau régional (il fut champion des Pyrénées cadet en 1943) c’est dans la fabrication et le commerce du vélo et de ses accessoires que José a longtemps « trusté » d’éclatants maillots jaunes. Parti de rien ou de si peu dans un modeste atelier du quai des Marronniers, mon père a bien connu l’endroit, Il avait fait ses premières livraisons en cyclo ses début de grossiste et même était venu à Marciac livré des sacoches chez un commerçant cycles  « Monsieur Mondin ».

Il a hissé haut «l’entreprise Alvarez» dont il fut le «bon patron», avisé, travailleur infatigable, méticuleux, paternaliste, passionné, exigeant, mais aussi très social avec ça, dont parlent aujourd’hui d’anciens salariés avec reconnaissance et beaucoup d’émotion. Avec Jean Zamo, avec Pierre Vasquez, avec Jacqueline son épouse et quelques autres proches du premier cercle, José Alvarez a notamment pratiqué «la mondialisation» avant qu’elle ne devienne la règle commerciale. Car s’il a eu la confiance de grandes marques françaises dont Gitane bien sûr, l’Auscitain fut aussi le partenaire incontournable pour des constructeurs et accessoiristes mondiaux (italiens, japonais et américains notamment) désireux de s’implanter et de prospérer avec lui sur le marché hexagonal dont il a su devenir un acteur majeur sans jamais «se délocaliser» d’Auch.

20171001_163335.jpg

 Viscéralement attaché à Auch et à la Gascogne, admirateur de d’Artagnan autant qu’il l’était de Coppi, José, «bel homme, belle âme», père de deux enfants, Jean-Pierre et Christiane, savait cultiver l’amitié au feu de laquelle, les plus grands champions dont Luis Ocana et Bernard Hinault, savaient pouvoir venir se réchauffer à tous moments.

20171001_111020

Comme ont toujours pu le faire tant et tant « d’anonymes». S’il était légitimement fier de son grade de Chevalier de l’Ordre National du Mérite pour « services rendus avec compétence et dévouement à l’essor du commerce extérieur de la France», José l’était aussi de son Cycle d’Or, reçu en 1989, en récompense pour avoir si bien œuvré pour la promotion du vélo en France.

imagesI6X9ZLC9

Philippe Martin « Le meilleur ambassadeur de la Petite Reine »

Le rêve c’est lui qui me la transmis avec sa passion et sa science du vélo lui qui a tant fait pour ce sport populaire.

imagesKUL2WJE4
JOSE ALVAREZ ET LAURENT FIGNON

José était la générosité même, il était la simplicité et l’humilité. J’ai en mémoire son émotion lorsque notre ami commun Gérard Holtz lui avait remis, en 2008, un « Gascon des sports » dans ce Gers. j’ai d’ailleurs assisté à cette remise suivie d’une grande réception par un grand de la cuisine Française. José un entrepreneur brillant, le meilleur ambassadeur de la Petite Reine et un ami. Adieu mon ami tu a rejoint au panthéon du vélo son idole Fausto Coppi et son ami Luis Ocaña.

De très bons souvenirs que je n’oublierai jamais.

cropped-logo-gm-le-tour-de-thierryThierry Mollé