Les vélos ELVISH une histoire Paloise

Les vélos ELVISH une histoire Paloise

elvish_emb

Aujourd’hui je vous parle des vélos Elvish car dans mes débuts d’apprentissage à Tarbes au magasin Les Cycles Lignon, j’ai vendu des vélos de cette marque et même connu la fin de Elvish. J’ai fait repeindre mon cadre chez Elvish.

R-ELVISH-63.jpg

 imagesM3S1T9TE.jpgimagesV93VQZIN.jpg

De Southampton à Pau

Les vélos Elvish remonte à 1883 avec la première fabrication en Angleterre, le premier vélo de cette marque est fabriqué à Southampton. Avant d’arrivé à Pau.

 Ces vélos font le tour du monde, exportées des Indes à l’Afrique du Sud.

La chaîne de fabrication est détruite pendant la première guerre mondiale.

C’est à Bordeaux que les vélos sont à nouveau fabriqués, et ce jusqu’à la mort du repreneur, alors que les premiers coureurs cyclistes les utilisent en compétition. En 1928.

Victor Fontan le palois est équipé par cette superbe marque dont le maillot est vert à bande jaune. En 1929, le maillot toujours vert porte une bande rouge. En 1930, Elvish s’associe à Alleluia.Et le père de mon ancien patron Henri Lignon à été coureur Professionnel il était dans l’équipe Alléluia- Continental en 1927 et Victor Fontan à couru avec Henri Lignon.

Henri_Lignon_02
Henri Lignon

Henri Lignon Coureur Pro et père de Charles et André coureurs professionnel

Monsieur Grosnier  le nouveau patron des Cycles Elvish, s’associe au grand cycliste béarnais de l’époque, Victor Fontan (1892-1982) et l’équipe devient « Elvish Fontan » en 1928.

Ces fameux vélos Elvish, choisis par beaucoup de champions du Tour n’ont pas connu le carbone !

Ensuite, les vélos Elvish furent longtemps montés dans un petit atelier situé à Pau l’atelier se situait à l’angle de la rue du Docteur Dassieu et de la rue de Livron et à cette époque j étais déjà apprenti à Tarbes et mon patron était client de la marque suite au lien entre Fontan et Lignon.

Voici quelques coupures de journaux de l’époque

2 ticket elvish.JPG

ticket fontan elvish.JPG

 

cropped-logo-gm-le-tour-de-thierryThierry Mollé