Régulateurs de l’allure les dérailleurs

derailleurs1.jpg

A vos vitesses !

Des régulateurs de l’allure, selon votre condition du jour pour pouvoir vous adapter au terrain en maintenant une cadence de pédalage régulière sans effort démesuré.

Changer de vitesse tout en pédalant mais sans forcer sur les pédales à ce moment précis.

Ne pas confondre dérailleur et changement de vitesses dans le moyeu (utile, par exemple, pour le vélo de ville).

LES 10 REGLES D’OR

1 Aucune montée n’est impossible : beaucoup qui ne grimpent pas les côtes sans endurer le martyre le feraient avec agilité s’ils disposaient de braquets adaptés, tout en ayant une bonne connaissance des innombrables astuces possibles grâce aux dérailleurs.

2 Le couplage poignées de freins-sélection des vitesses au guidon constitue un fantastique progrès : finies les pertes d’équilibre en lâchant le guidon pour changer de vitesses avec, quand n’existait point l’indexation, l’obligation de regarder sur la roue-libre ou s’était placée la chaine.

3 Réglages préalables :

Le bon fonctionnement des dérailleurs AV/AR suppose un réglage correct de l’indexation, donc des câbles.

La longueur de la chaine doit être correcte : placez-la sur le grand plateau et sur le plus gros pignon de la roue-libre ; rapprochez les mains l’une vers l’autre, chacune tenant un maillon, les mains placées avec un écart de 4 maillons. Si un maillon seulement sort de la denture, la longueur est correcte, au-delà la chaine est trop longue et il convient d’enlever un maillon.

4 Un compteur avec cadence de pédalage est conseillé afin de sélectionner judicieusement vos vitesses à grande vitesse sur le plat comme en montez ; à coupler avec l’utilisation du cardio-fréquence-mètre, ainsi que nous l’expliquons en détail dans « préparation et entrainement du cycliste ».

5 L’état de la mécanique (voir le paragraphe suivant), la résistance à l’avancement, le gonflage des pneus ou boyaux, les frottements, les intempéries, la saison, l’altitude, la fatigue, l’ensemble de ces facteurs influe sur le choix des vitesses.

6 Chaque chose en son temps : changez d’abord de plateau, passez alors d’un pignon à l’autre, méthodiquement, sans hâte, jamais deux ou trois à la fois.

7 Ne pédalez pas la chaine trop tendue et toute tordue (sur le grand plateau et le plus grand pignon ou sur le petit plateau avec le plus petit pignon). Elle fonctionne mal, nuit au rendement, s’use trop vite. Conclusion : dans la pratique on ne peut utiliser tous les rapports possibles afin d’éviter ces écarts excessifs ; sur 21 vitesses grâce à un triple plateau, on en a au moins 4 qu’il vaut mieux ne pas chercher à utiliser.

8 Ne changez de vitesse que quand le besoin s’en fait sentir :

Fatigue, pente plus ou moins forte, vent de face ou trois-quarts avant, sol difficile, etc. Avec le vent de face, sur la route ou chemin (plat) on met parfois un braquet de montée ! Si le braquet en service devient trop dur, mettez le plus petit ; mettre plus petit signifie soit mettre le petit plateau, soit mettre la chaine sur un pignon plus grand (ou les deux à la fois). Mettez plus grand (ou plus gros) signifie soit mettre la chaine sur le grand plateau, soit mettre sur le pignon plus petit (ou les deux à la fois, à quelques instants d’intervalle).

9 Changez de vitesse avant qu’il ne soit trop tard : avant d’avoir besoin de mettre pied à terre ou, au contraire, d’être largué(e) par les copains. Anticipez la pente en rétrogradant juste avant qu’elle ne commence, même chose vers la fin de la descente pour ne pas pédaler dans le vide au début du plat. Avant un virage serré, rétrogradez d’un ou deux pignons successivement (et pas seulement en compétition) : vous relancerez l’allure en douceur dès la sortie de la courbe pour revenir au braquet précèdent (saut si vous vous trouvez alors avec vent défavorable).

10 A ne pas faire !

Pédalez en arrière, surtout quand vous changez de vitesse : risque de blocage de la chaine par un saut de celle-ci entre la roue-libre et les pattes arrière du cadre, d’où blocage du vélo et risque de chute.Oublier de garder un pignon de réserve pour le cas où une pente encore plus forte viendrait à surgir : cela n’est possible qu’à condition de disposer au départ d’une gamme suffisamment large de braquets.

Auteur : LE TOUR DE Thierry

J’ai 50 ans, et pratique le vélo depuis tout petit, en compétition et en randonnée. J’ai commencé avec diverses marques de vélo, puis je suis devenu accro à la marque LOOK . Le vélotaf est aussi à l’honneur sur ce site: vélos sur route, VAE, VTT, fitness, entraînements des idées l'entretien la réparation, achat, des trucs, les pièges à connaître... J’espère que mon site saura vous guider dans vos choix ! N’hésitez pas à commenter ou à me contacter, c’est avec plaisir que je vous répondrai !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s